Skip to main content

Étiquette : silence

Thé, quiétude et vagabondages

Si le thé est une boisson conviviale , il sied aussi parfaitement aux moments plus calmes et plus solitaires.
On aime savourer une tasse de thé dans le silence et la lenteur…
Le thé comme instant de détente qui suscite le vagabondage de nos pensées, est une vérité que tout buveur de thé connait bien.


Ici, nous avons la parfaite représentation de ce moment solitaire autour d’une tasse de thé, avec l’oeuvre de Jean Siméon Chardin, Une dame qui prend le thé
Une femme, une tasse et une théière. Le cadrage et la pénombre suscitent cette sensation de vide autour d’elle. L’obscurité fait ressortir cette fumée qui s’échappe de la théière et qui parait occuper toute la pièce pour donner un décor envoutant qui fait planer un grand calme autour d’elle.
Elle est en train de remuer son thé. L’inclinaison de sa tête et son regard suggèrent que son esprit est absent, loin. Ce lent mouvement circulaire la transporterait-il ailleurs ? La ferait-il ressasser quelques pensées ? Est-ce le contenu du petit meuble rouge qui occupe ses pensées ?
En effet, ce meuble, seul élément de couleur vive de la toile, attire le regard… Et attise la curiosité avec ce tiroir resté légèrement entrouvert. Un soupçon de mystère s’ajoute alors dans ce décor.
Peut-être que son état est simplement dû à l’envie de se reposer : « On boit le thé pour oublier le bruit du monde. » a écrit Lu Yu. J’aime énormément le travail de lumière et d’obscurité de ce tableau. Cette composition entre le noir de l’obscurité rappelé par le châle et la théière et le rouge du meuble. Le tout, mêlé à cette fumée envoutante, qui se fond avec le décor en arrière-plan, donnant une couleur chaude, pour créer un moment de repos à l’atmosphère chaleureuse et teinté d’un léger mystère.

Ce mélange de couleurs se retrouve dans le tableau d’Eva Gonzales, Le thé.

Dans un intérieur intime, calme, un petit guéridon installé entre une porte et la cheminée, sur lequel sont posées une très petite théière et tasse. Une très grande femme, habillée de noir et dont le châle rouge repose sur l’accoudoir de la chaise, tient la tasse légèrement penchée. Le guéridon semble avoir été placé à cette endroit pour profiter de la chaleur de la cheminée. La pièce semble très « cosy », il est vrai. Ici à l’inverse du tableau précédent, le rouge prédomine : avec le tapis, le châle et cette lumière qui se reflète sur le visage de la femme et du mur. Certainement la lumière qui s’échappe du feu de cheminée. Il y a toujours ce même jeu entre le rouge et le noir qui donne, comme dans l’oeuvre de Chardin : un fort contraste évoquant cette même ambiance chaleureuse et réconfortante. Encore une fois, le thé est synonyme de chaleur et de réconfort.
Tout comme la femme du tableau de Chardin, elle a le regard plongé dans la tasse. Ses pensées aussi ? Sa manière de tenir la tasse, relevée et un peu penchée, assez atypique, comme si elle s’était arrêtée en plein mouvement étaye cette idée.
La tasse de thé semble avoir un pouvoir hypnotisant, menant à l’évasion.

Dans le tableau d’André Brouillet, Le thé fumant ,une famille se retrouve autour du thé  « fumant ». L’homme est le peintre lui-même, avec sa femme et leur fille adoptive. Nous ne savons pas qui est la vieille femme.
Cette scène est très similaire aux deux précédentes : même jeu de couleurs reflétant la chaleur du thé, et surtout même silence et solitude. Car s’il s’agit d’une scène en famille, collective, il y a un silence et une solitude dans ce groupe. Ils ne parlent pas pour ne pas réveiller la petite fille ( on sent la bienveillance dans ce tableau ), mais aussi parce que tous ont une attitude songeuse : s’ils sont ensemble, physiquement, leur esprit n’est pas au même endroit. Les regards ne se croisent pas. Le peintre veille sur l’enfant, pensif. Sa femme arrête sa lecture et regarde au loin, les pensées perdues, tout comme la vieille femme. Le thé fumant les aurait-il guidé vers un endroit lointain ? C’est une belle scène de rêverie qui fait écho aux rêves que doit faire la petite fille dans son sommeil.

La femme du tableau de Brouillet laisse sa lecture pour se laisser aller à ses pensées. Lecture, thé et vagabondage est un ensemble que l’on retrouve beaucoup dans la réalité, il n’y a qu’a regarder dans les cafés et salons de thé. Vous trouverez certainement cette scène du tableau d’André Derain, La tasse de thé .

Nous retrouvons tous les codes des tableaux ci-dessus ( remarquez aussi la théière, on dirait la même que celle du tableau de Chardin). Nous avons les mêmes codes couleurs, la même ambiance chaleureuse et mystérieuse, ce même décor qui s’efface dans le noir, pour se focaliser sur ce moment, sur cette évasion. Mais contrairement aux deux premiers, l’angle de vue nous permet de voir le personnage de face et ainsi observer plus nettement, son attitude songeuse.
Le livre est bien mis en évidence, qui attend que l’on tourne sa page. Malheureusement il risque d’attendre, le regard de la femme ( ses beaux et immenses yeux noirs captivent notre oeil ), n’est plus sur lui mais ailleurs. Le regard de côté projette au loin, tout un univers mental pour lequel on délaisse bien volontiers la réalité.

Ce regard perdu, on le retrouve dans le tableau de Marie Bracquemond, Le gouter.

Ce tableau casse avec les autres. La scène de thé se déroule à l’extérieur, il est très lumineux, les couleurs dominantes du jour sont le bleu et le vert. Mais il montre la même chose que les autres. C’est un peu le pendant lumineux du tableau de Derain. J’aime cette différence de regard avec le précédent. Là ,où la femme ouvrait de grand yeux et regardait ailleurs d’une manière bien visible, ici c’est un autre type de regard, plus subtile, plus discret. Une autre manière de vagabonder dans ses pensées.


En explorant ce petit corpus, on croit volontiers que le thé conduit au calme et mène au vagabondage des pensées… Le thé: liqueur d’un instant rêvé.

"Incident theiné ou Thé pris à la fin d'une longue journée " par Sia de @lavoixduthe 

Merveilleuse oeuvre ! Merci Sia ! 😁😁😁

#thé #art #longuejournée #tealover #pasfaitexpres #oups #tealeaves
Anxi Tie Guan Yin, récolte d’automne 2021. 

Faiblement oxydé et non torréfié, il provient de la province du Fujian et, est très populaire en Chine. 

Une liqueur coulante, d'une certaine complexité et d'une longueur assez phénoménale. C'est un oolong qui révèle ses mystères petit à petit… Il se dévoile totalement quand il disparaît, en tapissant le palais d’un champ de fleurs blanches ! 

#thé #tea #oolong #oolongtea #chinesetea #théchinois #Yixing #tealeaves #teablog #teablogger #automne #teaddict #tealovers