Skip to main content

Étiquette : tea

Le thé Rwanda Kinihira de L’Autre Thé

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir un thé venant d’Afrique ! Et non ce n’est pas du Rooïbos qui, d’ailleurs, n’est pas du thé, car il ne s’agit pas de feuilles du théier mais d’un arbuste de la famille des Fabacées.
Le thé en question est un thé noir du Rwanda…

Le thé en Afrique

On ne pense pas souvent au continent africain quand on pense au thé, c’est vrai mais c’est là qu’on trouve le 3e producteur mondial de thé noir, le Kenya ! Étant donné que la consommation intérieure aux pays producteurs est très faible, la plus grosse quantité de la production est destinée à l’exportation.

Le thé a été introduit dans certains pays du continent durant la colonisation par les britanniques à partir du milieu du 19e siècle. Bénéficiant d’un climat favorable, chaud et humide et possédant des terrains assez élevées, certains pays comme le Kenya, le Rwanda, le Malawi, l’Afrique du sud, l’île Maurice ( et oui, géographiquement elle est rattachée à l’Afrique. Si cela vous tente, découvrez le thé mauricien Bois Cheri… ), la Tanzanie et d’autres encore, avaient les conditions nécessaires pour la production de thé.

On produit de toutes les couleurs de thé mais principalement du thé noir et selon la méthode CTC. C’est-à-dire «  crush tear curl », en français « écraser, déchirer, rouler ». Le résultat est un thé entièrement broyé. De manière générale, le thé fabriqué à partir de ce procédé mécanique ( qui est aussi utilisé dans les pays asiatiques ) est destinée aux sachets de thé et est d’une qualité nettement inférieure aux thés transformés selon la méthode orthodoxe qui est réalisée à la main et à la fin du processus, les feuilles de thés sont complètement entières ou légèrement brisées.
Mais avec le temps, s’est développé une production qui se veut de grande qualité, et certains pays comme le Malawi par exemple, produisent des thés selon la méthode orthodoxe et offrent alors de grands crus.

Rwanda Kinihira OP1 de L’Autre Thé

Ce thé rwandais est vendu par la maison L’autre thé. J’aime bien cette marque, il propose de bons thés et surtout de petit conditionnement ( 10gr) ce qui est top car cela permet de tester plein de thés à un prix super raisonnable et de pouvoir faire son choix avant d’acheter une boite de 100gr !

Il s’agit d’un thé noir bio qui provient de la plantation Kinihira. « OP 1 » c’est son grade. J’ai prévu de vous faire un article sur les grades de thé bientôt, mais pour expliquer de manière concise, les grades du thé indiquent le type de cueillette et la taille des feuilles utilisées pour le thé qui sont classées selon un système bien précis. Ce système de grade n’existe que pour le thé noir. Nous y reviendrons donc bientôt !
Ici « OP1 » signifie qu’il s’agit de feuilles entières, assez jeunes, qui ont été cueillies tardivement car le bourgeon s’est transformé en feuille. Il s’agit d’une cueillette fine.

À l’odeur des feuilles séchées, on a des notes assez boisées et un peu cacaotées sans que ce soit quelque chose de gourmand, mais plutôt quelque chose d’assez brut, nature. L’infusion dévoile une très belle couleur cuivrée.

En bouche, on retrouve ces notes boisées avec une texture très légèrement astringente.
Un thé que je trouve agréable et qui peut convenir le matin, pour se réveiller en douceur ! Je l’ai essayé aussi avec un peu de lait et de sucre, ils se marient bien ensemble !

Vous trouverez ce thé en boutique à Paris. L’Autre Thé y possède deux adresses et aussi sur leur site lautrethe.com à partir de 1,80 € pour 10gr.

Roman policier et tasse de thé

Dans notre imaginaire collectif, on associe le thé à plein de choses dont une m’intéresse, les romans policiers et les meurtres… Mais d’où cela nous vient ? J’ai une réponse qui tient en deux mots… Plutôt en un nom…

Quelle est cette drôle d’ombre au fond…Oh mais que vois-je ???!!!

… AGATHA CHRISTIE

Ses romans ont tous une ambiance bien reconnaissable. On plonge entièrement dans un univers typiquement anglais. La reine du crime, britannique s’il fallait le rappeler, a fait évoluer ses personnages en Angleterre, et nous a familiarisé avec des décors et des habitudes bien british : comme la paisible campagne anglaise ( enfin faussement paisible hein ), des personnages au flegme british à toute épreuve, les lords et les duchesses ou encore ces rituels bien ancrés dans la culture britannique comme … l’afternoon tea !

Le thé ! Béni soit le rituel du thé quotidien de 5 heures !

Dix petits nègres – Agatha Christie

Et dans son oeuvre, les personnages boivent très souvent du thé. Le tea time est un moment et un décor très présent : la rencontre du détective avec d’autres personnages, la vie sociale du village, de la communauté où se situe l’action, les scènes d’interrogatoire, de réflexion du détective, tout cela se passe très souvent autour d’un thé. Pas étonnant alors, cette association thé/policier.
Et parfois le thé est à l’origine du crime !

Crime dans une tasse de thé

Agatha Christie n’a pas utilisé cette tradition du thé uniquement pour le contexte de la vie de village mais s’en est servi comme arme du crime. Une innocente tasse de thé, bien chaude et réconfortante, soudain devient une arme mortelle, pleine de poison. Mais l’est-elle vraiment ou est-ce juste un leurre… Ne vous inquiétez pas ! Pas de spolier ici !!! Je vous invite, si vous ne l’avez jamais fait, à lire ses oeuvres pour le savoir.
Le thé dans l’oeuvre d’Agatha Christie fait l’objet d’un super article ( en anglais ) du site « The home of Agatha Christie » que je vous conseille.

 L’eau ne bouillait pas tout à fait quand Miss Somers la versa sur le thé, mais la pauvre Miss Somers ne savait jamais quand l’eau bouillait réellement. C’était, parmi d’autres, une des choses qui l’avait toujours affligée. Elle emplit les tasses et les fit circuler, ayant mis dans chaque soucoupe deux biscuits à la cuiller.

Une poignée de seigle – Agatha Christie

Un héritage toujours présent

Les romans de l’auteure sont parmi les plus lus au monde et ses personnages de Poirot et de Miss Marple sont emblématiques, ( j’en suis complètement fan et j’en suis sûre que vous en avez déjà lu ! Et je le redis si ce n’est pas le cas, foncez lire un de ses livres ! ).
Pas étonnant alors que cet imaginaire ait à ce point marqué nos esprits, avec toute cette culture british dont la tasse de thé est un des éléments.

D’ailleurs, il y a un héritage très fort d’Agatha Christie présent dans la production littéraire, audiovisuelle, cinématographique, qui a continué à developper ces références dans notre imaginaire.
Comme les adaptations audiovisuelles de Poirot et Marple de ITV ou de la BBC. Citons également, Inspecteur Barnaby qui se passe aussi dans le fin fond de la campagne, avec des villageois plus suspects les uns que les autres et qui boivent tous du thé dans de la vaisselle d’un autre siècle !
Ou ce qu’on appelle le cosy mystery, qu’on pourrait voir comme un prolongement du style d’Agatha Christie. Ce sont des romans policier légers qui se déroule dans la campagne anglaise, avec un personnage qui enquête mais qui n’est pas détective, comme la série littéraire Agatha Raisin ( le nom est un gros clin d’oeil ) et qui connaissent un fort succès depuis quelques années.

La première enquête d’Agatha Raisin. Tiens donc, une tasse de thé..

Preuve que la tasse de thé au goût de mystère a un avenir radieux !
Et bien sûr tous ces romans sont à lire accompagné d’un bon thé!

"Incident theiné ou Thé pris à la fin d'une longue journée " par Sia de @lavoixduthe 

Merveilleuse oeuvre ! Merci Sia ! 😁😁😁

#thé #art #longuejournée #tealover #pasfaitexpres #oups #tealeaves
Anxi Tie Guan Yin, récolte d’automne 2021. 

Faiblement oxydé et non torréfié, il provient de la province du Fujian et, est très populaire en Chine. 

Une liqueur coulante, d'une certaine complexité et d'une longueur assez phénoménale. C'est un oolong qui révèle ses mystères petit à petit… Il se dévoile totalement quand il disparaît, en tapissant le palais d’un champ de fleurs blanches ! 

#thé #tea #oolong #oolongtea #chinesetea #théchinois #Yixing #tealeaves #teablog #teablogger #automne #teaddict #tealovers